La crèche / l'école

Eczéma atopique, sécheresse cutanée de bébé : comment en parler à la crèche ?

Initier le dialogue avec la puéricultrice sur les symptômes et manifestations de l'eczéma atopique chez votre bébé

 

Il est temps de confier votre enfant à la crèche ou à l’école. Est-il également le temps de se confier au sujet de son eczéma atopique ? Pourquoi pas. Tout d’abord parce qu’il n’y a aucune honte à en être touché. La dermatite atopique est certes une problématique de peau mais une problématique assez commune et, surtout, non contagieuse. 
Vous vous apercevrez d’ailleurs peut-être que la puéricultrice, la maîtresse ou tout autre interlocuteur de l’établissement sera déjà bien informé(e) au sujet de cette manifestation. Avec près de 15% de nourrissons atteints et 20% d’enfants de moins de sept ans concernés (1), le vôtre ne fera certainement pas figure d’exception. 
Après, tout cela reste évidemment une question personnelle. Ce sera toujours à vous de décider selon la sensibilité de votre enfant, le contexte, les interlocuteurs... 
 
Eczéma atopique : conseils et pratiques pour faciliter la vie en communauté
 
Maintenant, rassurez-vous, si vous hésitez à en parler, il ne s’agit pas non plus de s’étendre sur les détails. Prévenir le corps enseignant dès les premières visites a pour seule vocation de permettre de bien accueillir, accompagner et comprendre votre enfant tout au long de l’année :
- Il est fatigué, ronchon... Il a mal dormi à cause d’une poussée ? Vous n’aurez qu’un mot à glisser en arrivant le matin pour que l’équipe ne s’étonne pas de sa mauvaise humeur, sa somnolence ou son manque de concentration. À la crèche ou en petite section, elle pourra même essayer de lui faire rattraper quelques heures de sommeil si l’occasion se présente.
- Il a quelques plaques rouges ? Peut-être. Et si ces camarades ou leurs parents observent d’un œil suspect ou inquiet toutes ces rougeurs, l’équipe pourra leur expliquer, les rassurer et faire en sorte que votre enfant ne soit pas mis de côté. Vous pouvez même discuter des informations importantes à communiquer : l’eczéma atopique n’est pas un manque d’hygiène. Et encore une fois, aucun risque de le transmettre à son petit voisin ou sa petite voisine !
- Si ça le démange, autant le dorloter ! En étant avertie, l’équipe lui portera une attention toute particulière au moment de changer sa couche, le rhabiller, etc...
- À chacun sa place ! Si dans la classe, les tables sont attitrées pour toute l’année, celle de votre enfant devrait être éloignée d’une source de chaleur comme un radiateur ou une fenêtre exposée en plein soleil. En prévenant son instituteur(trice) de son eczéma et des facteurs environnementaux qui peuvent le déclencher, il ou elle pourra lui choisir un emplacement adapté. 
- Certains aliments favoriseraient sa dermatite atopique ? Seul votre médecin saura faire le bon diagnostic. En attendant, même régime pour tout le monde !
 
Si vous ne savez toujours pas quoi faire, un dernier critère peut vous aider à faire votre choix : qu’est-ce qui vous stress le moins ? En parler ou ne rien dire ? Le mieux est parfois tout simplement son intuition.
 
(1) Source : Fondation Dermatite Atopique 

 


Réagissez à cet article

Envoyer par Email