Questions fréquentes

FAQ

L’allaitement maternel a-t-il un rôle positif ou négatif sur l’eczéma atopique ?

 

C’est effectivement une question qui peut partager. Certains préconisent l’allaitement car il permet de mieux protéger son bébé de nombreuses infections et allergies. C’est vrai. D’autres diront que si l’enfant présente déjà une allergie, il faudrait que la maman supprime certains aliments de ses repas pour ne pas lui transmettre d’allergènes. Cette précaution n’est pour autant pas prouvée de façon formelle. Le mieux est d’en parler à votre médecin. L’eczéma atopique n’étant que très rarement associé à une allergie alimentaire, il ne devrait pas y avoir de raison à ne pas allaiter votre enfant si c’est ce que vous préférez. Au contraire !

 

Vers quels soins et traitements ciblés puis-je me tourner au quotidien pour soigner l’eczéma atopique de mon bébé ?

 

Privilégier au quotidien les émollients ! Les formules enrichies de ces soins spécifiques bébé-enfant permettent en effet de reconstruire la couche lipidique sur la peau de votre bébé et donc de réparer et protéger sa barrière cutanée. Tout aussi exceptionnel : ils peuvent réduire immédiatement et jusqu’à 95% les sensations de grattage ! C’est le cas des produits Mustela comme le Baume émollient Stelatopia et la Crème émolliente Stelatopia. Vous pouvez les appliquer une à deux fois par jour minimum (voir nos conseils d’application), après la douche par exemple, et même pendant ou dans le bain. Pour résumer, ils sont les soins complices en cas d’eczéma atopique. Seule précaution : lors d’une poussée, il ne faut pas les appliquer sur les plaques suintantes. Dans ce cas, le traitement prescrit par votre médecin sera le plus adapté (v. comment soigner l’eczéma atopique).

 

Puis-je vacciner mon enfant en cas d’eczéma atopique ?

 

Tout à fait ! Non seulement, les vaccins n’aggravent pas l’ezcéma atopique mais ils protègent votre bébé de nombreuses maladies comme la Diphtérie, le Tétanos ou la Polio. Et même si votre enfant a peu de chances aujourd’hui de croiser ces infections, un carnet de vaccination à jour sera toujours un plus. On vous conseillera seulement de reporter le rendez-vous si votre bébé a une poussée. Plus pour le laisser tranquille qu’autre chose ! 

 

Quels sont les moments où mon enfant risque d’avoir des poussées d’eczéma atopique ? 

 

Impossible de savoir précisément car tout dépend du terrain atopique de votre enfant et de sa sensibilité. Ce que l’on peut affirmer est que l’ezcéma atopique alterne période d’accalmie et poussées. Ces périodes d’accalmie peuvent être plus favorisées grâce à des soins adaptés, comme les soins émollients spécifiques bébé-enfant, et quelques précautions au quotidien, comme aérer régulièrement les pièces chez soi ou éviter les activités qui font trop transpirer. Par ailleurs, on sait que les poussées auront plus de risque de survenir quand votre bébé fera ses petites dents ou s’il a attrapé un gros rhume c’est-à-dire, en terme médical, s’il présente une infection rhino-pharyngée.

 

Si l’eczéma atopique est héréditaire, l’intensité des poussées l’est-elle aussi ?

 

Absolument pas ! Donc pas d’inquiétude si vous ou votre conjoint(e) avez connu des poussées sévères et de grandes démangeaisons. Votre enfant aura « son propre » eczéma atopique qui pourrait être léger malgré votre expérience.

 

L’ eczéma atopique laisse-t-il des traces et des marques sur la peau de bébé ?

 

Aucune ! Même si les rougeurs sont sévères et qu’elles se transforment en plaques suintantes pour devenir une croûte (v. comment reconnaître une peau à tendance atopique). C’est l’une des bonnes nouvelles. En voici deux autres : l’eczéma atopique n’est pas contagieux et a tendance à diminuer avec l’âge !

 

Faut-il éviter certains aliments pour éviter les poussées d'eczéma atopique ?

 

Pas nécessairement. L’eczéma atopique est rarement déclenché par une allergie ou une intolérance alimentaire. Le mieux, en cas de doute, est d’en parler avec votre médecin. Cependant, certains aliments peuvent avoir un contact irritant avec la peau. Au moment de les avaler, le contact avec la bouche ou le contour de la bouche pourrait titiller le système immunitaire et donc une poussée. Là aussi, n’hésitez pas à consulter un dermatologue ou un allergologue en cas de doute !

 

Mon enfant a des ganglions pendant une poussée d’eczéma atopique. Est-ce normal ?

 

Oui, cela peut arriver ! En effet, pendant une poussée, il y a inflammation de la peau (v. notre dossier sur l’eczéma atopique). Le corps s’en défend, ce qui peut suffire à faire apparaître des ganglions. Vous pensez cependant que les plaques sont surinfectées ? Rassurez-vous, ce risque est rare. La meilleure façon d’en avoir le cœur net est de consulter votre médecin.

 

Quelle différence entre ezcéma atopique et eczéma de contact ?

 

Ils n’ont qu’un seul point commun : ils sont une réaction allergique ! Après, l’eczéma atopique est souvent héréditaire. Il peut se manifester dès les premiers mois de votre bébé et, dans la majorité des cas, avoir tendance à diminuer avec l’âge.(1) Il alterne entre période d’accalmie et poussées qui n’ont pas toujours de raisons claires de pointer leur nez. De son côté, l’eczéma de contact peut se déclencher à tout âge, mais plus souvent à partir de l’adolescence ou la vie adulte. Son apparition s’explique sans ambiguïté : c’est une réaction de la peau lorsque elle se retrouve « en contact » avec un produit ou une matière bien précise : solvant, nickel, médicament, caoutchouc... Dès qu’il apparait, on peut lui stopper la route avec certains soins, contrairement à l’eczéma atopique qui, lorsqu’il présente une poussée, va suivre une certaine évolution.

 

Est-ce que je peux faire quelque chose pour prévenir les poussées de son eczéma atopique ?

 

Si on ne peut pas empêcher totalement l’apparition de l’eczéma atopique, certaines précautions peuvent effectivement prévenir ses manifestations. Pour commencer, vous pouvez vous appuyer sur les soins émollients spécifiques bébé-enfant. Ils permettent de reconstruire la couche lipidique sur la peau de votre bébé et donc de réparer et protéger sa barrière cutanée. Ils participent également à réduire immédiatement et jusqu’à 95% les sensations de grattage ! Ensuite, vous pouvez compter sur quelques attentions à adopter au quotidien. Elles offriront un environnement plus propice à votre enfant. La majorité d’entre elles sont faciles à mettre en place : aérer votre intérieur, ne pas oublier de glisser les peluches dans la machine à laver de temps à autre...

 

(1) Lire à ce sujet « Quand peut-on espérer une diminution voire une disparition de l’eczéma atopique ? »

Réagissez à cet article

Envoyer par Email